Tchac dans la jeune histoire de l'EUC

October 12, 2016

L'EUC (European ultimate championship) est le pendant Ultimate de la ligue des champions. Dans un sport jeune comme l'Ultimate, cette compétition l'est encore plus, n'ayant eu qu'une quinzaine d'éditions depuis 1994 (elle existe sous le format qualifications + finales (EUCF) depuis 2006 et existait sous une formule plus directe depuis 2001 (avec un test en 1994).

 

Ambitieuse dès sa création, cette compétition avait pour objectif de servir de vitrine à l'Ultimate Européen pour promouvoir le haut niveau de ses clubs et retrouver en compétition fédérale ce qui se fait de mieux sur le vieux continent. On retrouve ainsi l'EUCC en 1994 à Eching (Allemagne) avec deux divisions : open (remporté par Örebro, Suède) et women (remporté par Red Light, Pays-Bas). Cette compétition réapparaît en 2001 à Prague sous une formule plus ambitieuse regroupant Open, Women et Mixte, mais incluant également les juniors nationaux. La troisième édition, 4 ans plus tard, à Rostock (Allemagne) ajoute la division master, c'est à ce moment-là que la France brille pour la première fois avec le titre de Friselis en mixte. Dés lors, la compétition aura lieu tous les ans en petit format (EUCF) en open et women et en 2009 + 2013 sous le grand format (XEUCF, eXtended European Ultimate Championship Finals) avec le mixte et les masters en plus.

 

Dans cette histoire très récente de la coupe d'Europe, il n'existe pas d'archives d'avant 2009. Mais sur quinze éditions, la France a réussi trois podiums et gagné deux titres.

 

Il faut donc saluer la performance de Tchac qui cette année réussit un podium dans la division la plus dense (open) en sortant de la division challenger*. Un véritable exploit qui n'avait jamais encore été réalisé en Europe. Il faut également saluer la double performance d'Iznogood (open), 6éme en sortant également des challengers et de Yaka (women) qui malgré sa 8éme place est la seule équipe à avoir fait chuter le champion et le vice-champion d'Europe. Enfin, si Ah Ouh Puc n'a pas réussi à ramener de victoire de Francfort, le simple fait que le 8éme du championnat de France Mixte soit présent était déjà une performance en soit !

 

Avec ces performances, la France s'impose de plus en plus comme une nation qui compte en Europe et l'image sportive de l'Ultimate français s'en porte bien grâce à ses clubs et ses équipes nationales.

Pour que la dynamique perdure, il n'y a qu'à espérer que les équipes continuent de jouer le jeu et que, par exemple, les trois places réservées en qualifications mixte soit bien utilisées par les Français. (il aurait été intéressant de voir de nouveau le Sun, les Monkeys ou encore Sesquidistus).

En attendant, dans cette jeune compétition, Tchac qui hésitait à sortir jouer cette compétition les années précédentes vient enfin d'offrir un podium à la France en division Open, soutenant ainsi les efforts d'Iznogood pour placer la France sur la scène européenne.

 

*Les 8 meilleures équipes des qualifications jouent en élite pour se partager 4 places en quart et 4 en pré-quart, les 16 autres équipes sont divisées en 4 poules des challengers dont seul le premier se qualifie en pré-quart.

 

 

 

Historique de performance des clubs français :

 

Open :

3 éme (2016) : Tchac

4 éme (2005) : UV

6 éme (2016) : Iznogood

6 éme (2015) : Iznogood

6 éme (2008) : Jack Sun's

9 éme (2009) : Jack Sun's

10éme (2014) : Iznogood

14éme (2013) : Tchac

16éme (2011) : UV

16éme (2010) : UV

17éme (2011) : Friselis

21éme (2005) : Jack Sun's 

24éme (2012) : Friselis

25éme (2009) : Friselis

 

Women :

5 éme (2009) : Yaka

6 éme (2010) : Yaka

8 éme (2016) : Yaka

8 éme (2013) : Yaka

8 éme (2008) : Fillelis

 

Mixte :

1 er (2015) : Sun

1 er (2005) : Friselis

7 éme (2015) : Sun

7 éme (2013) : Friselis

11éme (2013) : Sun

11éme (2009) : Ah Ouh Puc

12éme (2016) : Ah Ouh Puc

16éme (2013) : Ah Ouh Puc

 

 

 

Please reload

Featured Posts

A r(o)ugir de plaisir !

September 18, 2019

1/5
Please reload

Recent Posts

September 18, 2019

Please reload

Archive