Projet Eurostars 2017

July 13, 2017

 


Marie Simon est la voix Suisse de Focus Ultimate, elle permet de garder un point de vue francophone non français indispensable pour avoir du recul sur l'analyse de certains éléments. Sa mission du jour : essayer d'en apprendre un peu plus sur le projet Eurostar 2017 qui offre un coup de médiatisation à l'ultimate féminin européen.

 

 

Le projet EuroStars, lancé par Bex et Katey Forth, les 2 mythiques sœurs anglaises (basées aux USA pour le moment), se déroulera cet été, les 2 dernières semaines de juillet 2017, aux Etats-Unis.

Une équipe pick-up, composée de 17 des meilleures joueuses européennes, issues de 10 pays différents, disputera 7 matchs contre de grandes équipes féminines américaines (Bent, Scandal, Brute Squad, Riot, Fury/Nightlock, Molly Brown et Heist) et établira 2 cliniques, à San Francisco et à Madison.

Ces rencontres se solderont par l’attribution de l’Americus Cup 2017, qui ira aux Etats-Unis soit aux EuroStars.

 

 

Les buts du projet sont divers :

-inspirer les filles et les femmes du monde entier

-mettre en exergue les talents féminins européens

-permettre aux Européennes de jouer avec des co-équipières incroyables

-promouvoir l’Ultimate féminin aux USA grâce aux meilleures athlètes du pays, en collaboration avec USA Ultimate

-transmettre l’Esprit du Jeu dans toute sa splendeur internationale

 

L’évènement bénéficiera d’une couverture médiatique totale de Fulcrum Media et Ulti Photos.

 

Si les clubs féminins états-uniens en lice font rêver, il n’en est pas moins le cas pour le roster européen. Parmi les joueuses européennes, les plus francophones (ou les moins non-francophones) se trouvent en Suisse, à la frontière romande/allemande, à Berne. On y retrouve Olivia Hauser et Yannicka Kappelman, toutes deux du club Flying Angels Bern.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce que je connais d’elles :

Quand je pense Olivia Hauser, je pense « bonnet » mais surtout « signature huck ». Le handling d’Olivia n’est pas du genre « dynamique », plutôt statique-intelligent : et les points sous sa houlette se concluent en général par une longue passe précise, efficace, lancée en back-hand.

Quand je pense Yannicka Kappelmann, je pense « tresses blondes » et « coaching ». Tant physique que tactique, cette fille respire le leadership.

 

Fortes de leur titre fraichement acquis de championnes suisses 2017, pour la 2ème fois consécutive, Olivia « Ole » et Yannicka « Yanni » pour les intimes, m’ont accordé une interview express au bord du terrain.

 

Toutes deux ont été contactées en Décembre 2016 par les sœurs Forth (Bex et Katey). Les Forth voulaient au maximum 2 ressortissantes de chaque pays européen et ont contacté nos 2 Suissesses suite à leur réputation, au bouche à oreille et au visionnage de leurs vidéos.

 

Olivia et Yannicka m’annoncent les 2 avec un grand sourire qu’elles ont accepté immédiatement l’invitation. Pour Yannicka, les Etats-Unis sont un rêve de joueuse et pour Olivia, avoir été invitée est un immense honneur. Les 2 ont accepté leur draft avec grand plaisir. Promouvoir l’Ultimate féminin est aussi un de leur espoir. La diffusion médiatique importante en sera le principal moyen.

 

Leurs futures co-équipières ne leur sont pas inconnues. Olivia et Yannicka les connaissaient de nom mais surtout ont maintes fois été adversaires, en tournoi mais aussi en finale des EUCF.

Quand je leur demande qui elle aurait aimé voir dans le roster Eurostars, les 2 mentionnent sans hésitation « Clau », Claudia Strehler, capitaine historique des équipes nationales féminines suisses. Celle-ci n’a malheureusement pas pu prendre de congé à cette période.

 

Et côté adversaire, Yannicka a déjà joué avec Yelena Gorlin de l’équipe Fury de San Francisco. Elles jouaient ensemble au club U de Cologne, finaliste des EUCF 2013.

 

L’équipe Eurostars n’a pas eu d’entraînement. Les 17 filles se sont rencontrées à Royan, lors des WCBU, essentiellement pour un shooting photo.

 

Pour vous en dire un peu plus sur l’équipe EuroStars, on retrouve :

-Nici Prien (#2, Germany Mixed) en #1 des stats personnelles de Royan, avec 7 points à elle toute seule en 1 match et 50 points d’attaque en tout lors du tournoi (37 points, 13 assists). Sur herbe, on l’a vu jouer dans de nombreuses équipes prestigieuses, Allemagne Women, GB Women, Iceni…

-Bex Forth (#23, GB Women), légende d’Iceni qui a gagné 13 fois Paganello avec Super Hot Pot et qu’on a souvent vu dans l’équipe de All-Stars Black Bonzai à Talampaya (Genève, Suisse). Elle a joué avec sa sœur Katey Forth (#11, Grande Bretagne), titulaire du club texan de ShowDown, 4ème aux championnats du monde des clubs féminins 2014 à Lecco

-Essi Inkinen #30, Finlande), qui a survolé les EUC de Copenhague en 2015 avec l’équipe nationale finlandaise

-Alisa Tizik (#91,Russie), magnifique cutter qu’on a vu brillé aux WCBU dans l’équipe championne du monde, Russie Women

Et beaucoup d’autres :

-Jackie Veralls (#9 - Grande Bretagne)

-Laura Farolfi (#1 - Italie)

-Fran Scarampi (#32 - Grande Bretagne)

 

-Maya Mieck (#31 - Danemark)

-Sarah Eklund (#7 - Suède)

-Ulla Kiili (#34 - Finlande)

-Betty Schnedl (#0 - Autriche)

-Paula Bass (#22 - Pays-Bas)

-Annika Lindqvist (#6 - Suède)

-Becci Haigh (Réserve - Grande Bretagne)

 

Si vous voulez en savoir plus sur le projet, une séance de questions-réponses « Ask Me Anything » de Bex Forth est disponible sur reddit.org.

En voilà des morceaux choisis :

Elle parle de la naissance du projet, inspiré par les tournées NexGen et du All Star Tour.

Elle y mentionne que les 2 joueuses avec qui elle a le plus hâte de prendre le handling sont Essi Inkinen et Olivia Hauser.

Elle regrette l’absence, entre autres, de Blandine Bertin (Française, joueuse de Yaka) qui avait été conviée.

 

Bex convient que les 10 nationalités des joueuses ne reflètent pas la réalité géographique de l’Europe mais que la cohésion sportive du groupe a primé : elle se devait de sélectionner des filles qu’elle connaissait un minimum et qui sauraient apporter leur touche, LA touche, dont l’équipe a besoin.

Ce qui l’intéresse déjà, c’est de voir comment ces filles, qui ont l’habitude d’être les leaders et les meilleures joueuses de leurs équipes locales, vont réussirent à devenir de « simples soldats » sans perdre les qualités qui leur sont propre. Elle rappelle qu’elle considère que, contrairement à une équipe de foot dans laquelle une star peut compenser pour des joueurs moins performants, à l’ultimate, le niveau d’une équipe d’ultimate, c’est le niveau de son joueur le plus faible.

 

Focus Ultimate et moi-même souhaitons bonne chance aux Eurostars dans leur tournée nord-américaine !
 

Calendrier des matchs :

New York Bent (2017-07-21)

DC Scandal (2017-07-23)

Boston Brute Squad (2017-07-25)

Settle Riot (2017-07-28)

San Francisco Fury (2017-07-30)

Denver Molly Brown (2017-08-01)

Madison Heist (2017-08-02)

 

Please reload

Featured Posts

A r(o)ugir de plaisir !

September 18, 2019

1/5
Please reload

Recent Posts

September 18, 2019

April 17, 2019

Please reload

Archive