Bilan de la saison indoor féminine

February 8, 2019

La saison indoor féminine est enfin terminée et nous a donné son verdict final historique !


Que retenir de cette saison ?

 

Tout d’abord, l'incroyable remontée de Dijon en finale du championnat de France, passant de 7-2 puis 9-5 à 10-11 et remportant une finale que l’on pensait jouée en faveur de Yaka à la mi-temps. On retiendra également un format séduisant offrant une phase aller « régionale » avec moins de déplacements avant d'arriver sur une phase finale Elite et Challenger proposant des paliers de niveaux et donc des rencontres plus disputées. Enfin, un jeu en « continuous play » avec une limite de points à 25 (jamais atteinte) qui permet d'augmenter le temps de jeu réel et de montrer un score plus conforme aux écarts de niveau. Cela incite aussi les équipes à venir avec un effectif mieux préparé, poussant tout le monde vers le haut.

Pourquoi alors ce format est-il uniquement dédié au féminin depuis 3 ans maintenant ? Nous n’en avons aucune idée…

 

Mais que peut-on retenir des différentes équipes ? C’est l’heure du débrief’ subjectif.

 

Ladies’Jonctées : Le nouveau champion de France continue sa progression et confirme avec ce titre les nombreux espoirs placés en lui. Si le jeu n'est pas encore carré et les appels foisonnants, les espaces perdus sont très largement compensés par de grosses qualités physiques et une belle discipline collective et une technique qui s’affine. Cela permet de conserver le disque sans avoir à prendre trop de risques. On pourra ajouter comme forces, un gros mental et des catchs improbables. Quelques maladresses individuelles font encore parti de la progression pour le futur. Vivement l'outdoor pour confirmer tout ça !

 

Yaka : C'est une énorme surprise, Yaka a perdu un titre. Pourtant les systèmes de jeu sont en place, les joueuses de qualité et sûres de leur force... Mais voilà, un peu moins dominatrices dans le we Elite que d’habitude, Yaka n'a pas réussi à concrétiser les erreurs adverses et à gérer son avance, laissant même filer trois disques de match.

Invaincues dans le championnat de France depuis 2008 (Titre de Friselis), Yaka va devoir travailler pour de nouveau enchaîner les titres. Quelques mois après Cincinnati et ayant perdu Robyn Fennig, Paula Baas et d'autres top-joueuses, cette défaite est surement une opportunité pour relancer la machine. Cela étant, Yaka est tout de même vice –champion, remporte l'esprit du jeu et à parfaitement su intégrer de jeunes joueuses dont on entendra surement parler dans le futur !

 

Les Jets : Premier podium féminin pour ce club et à la maison ! La mayonnaise prend entre les joueuses expérimentées et la jeunesse. Plusieurs U20 composent l’équipe et le club forme également des U15 et U13 féminines. On ne peut que féliciter cette formation. La progression du club dans toutes les divisions est notable. Ancienne place forte à l’époque des Anges des Monts, et des Jack’suns, la Vendée revient en force dans l’ultimate !

 

Ah Ouh Puc : Enfin en dehors de la route de Yaka en demi-finale, le PUC échoue de nouveau à l'universe point contre le futur champion. C'est frustrant de voir cette équipe enchaîner avec régularité les bonnes performances sans être récompensée par un titre (ou au moins une finale). Qu'importe la défaite pour le bronze cette année, le PUC doit jouer le titre l'année prochaine.

 

Déton'Nantes : Après la disparition des Western Ladies, on tient enfin l'équipe référence du pôle Nantais. L’équipe progresse depuis 2-3 ans et se retrouve désormais à hauteur des meilleures équipes. Les Nantaises devront tout de même franchir ce palier du haut niveau. Avec beaucoup de joueuses sans expériences des demi-finales, l’effectif va progresser et devient un challenger pour un podium outdoor.

 

Freezgo : Jeune équipe issue de la formation de Blois, les Freezgo terminent à une belle 6éme place. Avec de belles qualités athlétiques, l'équipe manque encore d'expérience pour pouvoir regarder plus haut et viser une demi-finale. Compte-tenu de l’homogénéité des équipes entre la 3è et la 8è place de la phase Elite, la déception ne doit pas freiner la dynamique de Blois.

 

Praying Mantix : Asia Peureux il y a deux ans, Cami Canter l'année dernière puis Catalina cette année... Chaque année, une joueuse de qualité quitte cette équipe. Pourtant les Mantix confirment leur place dans le Top 8 féminin français de cette année. Avec deux nouvelles internationales Françaises (Sarah et Anne-Gaëlle), l'équipe est allé chercher une belle 7éme place en dominant Fillelis.

 

Fillelis : vice-championne en titre, l'équipe de Fillelis a recomposé grandement son effectif (6 changements sur 10). Pas de victoire au compteur, mais avec un effectif aussi hétérogène intégrant de nouvelles joueuses, l'important était surtout de se retrouver en poule haute. L'expérience prise permettra de viser plus haut pour le championnat outdoor.

 

Magic : Non qualifiée pour la poule Elite car battue par LadyJets et Détonnantes en phase aller dans un format étrange, l’équipe Magic a confirmé une chose : elle y aurait mérité sa place. Le parcours des Angevines s’est fait sans encombres, montrant l’écart de niveau entre Angers et ses opposantes. Frustrant ! En attendant, c'est toujours bon pour la confiance d'enchaîner ainsi les victoires larges.

 

Classement final :

 

1 : Les Discjonctés, Club d'Ultimate de Dijon

2 : YAKA : Ultimate Féminin de Noisy-le-Sec (esprit du jeu élite)

3 : Les Jets

4 : Ah Ouh Puc - Paris Ultimate

5 : Frisbeurs Nantais

6 : Freezgo

7 : Asul Ultimate Lyon - MTX

8 : Friselis Club Ultimate Versailles

 

9 : Magic Disc Angers - Ultimate Frisbee

10 : OUF - Olympique Ultimate Freezbee (esprit du jeu challenger)

11 : Mr Friz Ultimate Rennes

12 : Revolution'Air \ Ultimate / Paris

13 : Freevol Ultimate Voujeaucourt - Montbéliard

14 : Tsunami Du Loing

15 : Sun Frisbee Club de Créteil

16 : FU (FrizToi Ultimate)

Please reload

Featured Posts

A r(o)ugir de plaisir !

September 18, 2019

1/5
Please reload

Recent Posts

September 18, 2019

April 17, 2019

Please reload

Archive