Krash : l'envol du petit prince !

March 6, 2019

Ça va vite, très vite.... Premiers podiums nationaux en 2012, premiers titres en 2013, vice-champion d'Europe U20 en 2009. Ensuite, il s'attaque à l'Europe : argent en 2015 avec CUSB Bologna et Bronze en 2016 avec Tchac. En même temps, arrivent les premiers exploits en équipe de France open avec le Bronze européen français en 2015 et le bronze mondial beach en 2017. Individuellement, il devient le premier jeune joueur Européen de l'année en 2017.

L'année dernière, blessé, il ne joue pas et assiste au 7éme rang mondial des Tchac en 2018. Pendant cette année difficile, on aurait pu croire que sa progression aurait freiné, il en a décidé autrement, Quentin « Krash » Roger vient de passer pro et répond à nos questions :

 

 Depuis quand rêve tu de jouer en Audl ? As-tu des équipes préférées ?

 

Je n’en ai jamais vraiment rêvé jusqu’au premier contact avec le Royal en 2017. C’est à partir de ce moment que j’ai commencé à suivre l’AUDL scrupuleusement. J’apprécie particulièrement Dallas Roughnecks, San Francisco Flamethrowers (avant la fermeture de la franchise), les Raleigh Flyers et le Royal, obviously !

 

Après ta longue blessure, comment s'est passé ta rééducation ?

 

Ma rééducation est toujours en cours. La rupture de mon ligament croisé (côté droit) date de 10 mois, mon opération de 9 mois seulement. Revenir sur le terrain après ce type de blessure, c’est un véritable parcours. Un mélange entre patience, déprime, douleurs et travail quotidien avec parfois l’envie de laisser tomber. C’est l’objectif d’intégrer l’effectif du Royal qui m’a guidé et relancé vers la salle de gym les mauvais jours. Le plus difficile a été de faire les Worlds sur la side line à Cincinnati alors que ma place était sur le terrain. Cependant tous ceux qui ont vécu ce genre de blessure vous diront que ça a du bon. Il n’y a qu’à voir Vincent Lepagnol ou Nasser Mbae aujourd’hui après 2 ruptures de ligaments croisés. Personnellement, j’ai acquis une éthique de travail, augmenté mon goût de l’effort et renforcé ma capacité à gérer des échecs. Je suis toujours en contact avec mon kiné Nicolas Foucher à Nantes sans qui je n’aurais pas récupéré aussi vite. Je suis vraiment chanceux d’être si bien entouré et d’avoir pu compter sur ma famille, mes amis, et surtout ma petite amie durant ces longs mois.

 

Du coup, quand penses-tu arriver à ton pic de forme ?

 

Je ne sais pas, mais il me reste deux mois pour être prêt à encaisser un match AUDL. Je pense aujourd’hui être à 75% de mes capacités physiques. Mon genou me freine encore quotidiennement dans mes sprints, changements de direction, sauts et des douleurs sérieuses persistent. C’est normal à 9 mois de l’opération, il faut l’accepter et écouter les signaux pour s’entraîner au maximum sans risquer une nouvelle blessure. Un autre élément important, est l’intensité physique. Je suis vraiment choqué depuis que je m’entraîne avec mes nouveaux coéquipiers. Ils sont tous très athlétiques je n’ai jamais eu autant de difficultés à me démarquer. Si je suis prêt à 90% ça ne suffira pas pour être aligné sur les premiers matchs. L’effectif est dense et homogène, tout le monde a sa place sur le terrain. Si cela me donne plus de temps pour être prêt et n’affecte pas le niveau de l’équipe, alors c’est parfait !

Notre coach Caroline Cadotte et notre préparateur physique Jean Philippe Riopel en sont conscients et m’accompagnent de la meilleure des façons.

 

Ça doit être exceptionnel comme aventure de tout plaquer pour partir jouer chez les pros, quel effet ça fait de partir en famille, plutôt rassurant ou excitant ?

 

C’est une aventure que je n’aurais pas hésité à tenter seul. Forcément le fait que les gars soient pris et que Stève et Quentin soient déjà là-bas, c’est rassurant et super excitant. J’ai vraiment hâte qu’ils arrivent pour que le groupe soit au complet.

 

Tu vas vivre en colloc avec d'autres joueurs où tu veux vivre ton aventure seul ?

 

Pour l’instant, je loge chez Stève Bonneau qui m’accueille à bras ouvert avec sa compagne. Courant Mars nous allons être logés dans des chambres chez des « fans » du Royal. On a tous des plans différents après la saison, mais si on décide de se sédentariser un peu plus, on n’exclut pas la colocation !

 

Un projet professionnel de prévu ?

 

Après une très belle expérience de 5 ans en France, je souffle un peu et concentre la majeure partie de mon temps à mon retour sur le terrain. C’est ma priorité.

J’ai, néanmoins, la chance de pouvoir faire des heures d’animations d’Ultimate auprès de scolaire ce qui me permet de m’y retrouver financièrement. Il se peut également que je prenne en charge le coaching d’une équipe de Montréal très prochainement. Ici, les entraîneurs sont rémunérés, les joueurs paient beaucoup pour s’entraîner. Cette organisation offre de belles structures pour les équipes loisirs et compétitives. J’ai l’intention de me concentrer là-dessus et développer mes capacités d’animateurs et d’entraîneurs.

Enfin, le temps libre me permet de réfléchir à mes idées entrepreneuriales et de me former en ligne sur ce sujet.

 

La saison arrive bientôt, aura tu tous les documents pour commencer la préparation avec le Royal ?

 

Oui, j’ai mon visa, tout est en ordre.

 

Ta présence confirme encore le statut de génération dorée des Tchacs, quels sentiments vous dominent en ce moment ?

 

Je ne suis pas vraiment d’accord avec le terme « génération dorée ». Je pense surtout qu’on a réussi à travailler et rester ensemble assez longtemps pour attirer d’autres talents et faire des résultats. Le talent ne suffira pas ici, de toute façon ! On est forcément heureux, mais surtout déterminé à progresser.

 

Penses-tu que le championnat Français est relancé cette année ? Quels podiums vois-tu en mixte / open ?

 

Le championnat est relancé tous les ans ! On perd pas mal de cadres, mais le système est en place depuis des années tout le monde se connaît bien. Il va falloir que les gars s’entraînent plus fort et que des joueurs prennent des responsabilités. Iznogood va vouloir en profiter et taper fort, ce qui est logique après des années de disette en titre. L’objectif est aussi d’intégrer les jeunes et d’aller les faire jouer en Europe. Confirmer et pérenniser notre place en Europe, c’est le plus important. Pour en revenir au championnat open, je pressens une bonne équipe de 33 Tours pour une ½ finale, au moins. En mixte le titre à défendre va aussi nécessiter une bonne préparation, je pense qu’Izaka et Sesqui sont les meilleurs prétendants. Après notre super coup de l’an dernier, je connais assez bien l’équipe pour dire que le championnat sera abordé sans pression, même si quelques équipes veulent notre tête … En tout cas, ça va être compliqué de refaire le quadruplé Indoor/Outdoor mixte & open/Beach mixte de 2018. Si jamais on venait à perdre un ou plusieurs titres, on ne sera pas loin derrière et on reviendra pour reconquérir dans toutes les divisions élites l’année suivante.

 

Un regret de ne pas pouvoir jouer France Open pour le championnat d'Europe ?

 

Non, avant ma blessure, j’avais envie d’intégrer le projet EDF mixte. Une des seules raisons qui pourrait me faire regretter de ne pas jouer l'open serait de ne pas être avec mon frère en EDF. On en aura l’occasion plus tard sans aucun doute. Puis Olivier Labbé et Jonathan Vallet me font confiance pour intégrer l’équipe mixte à Portimao pour les ECBU. Je m’entraîne donc très fort pour cet évènement également, j’adore cette surface et j’ai hâte de jouer avec cette équipe composée principalement d’amis.

 

Un petit mot, une phrase en plus ?

 

Deux choses très importantes à retenir :

 

    Match d’ouverture à domicile : Dimanche 19 Mai. 13h locale, 19h en France.

 

    Tout nos matchs (domicile/extérieur) seront disponibles en direct et replay grâce à AUDL TV pour 9.99$/mois. Depuis ce site https://audl.tv/en choisissez l’équipe que vous supportez, Le Royal de Montréal,  puis profitez de + de 100 matchs de l’AUDL ainsi que du contenu exclusif sur le Royal (série, interviews etc…).

 

Il me semblait important d’insister sur ce second point, car la majorité de votre abonnement est reversé au Royal (si c’est l’équipe que vous choisissez de supporter). Vous aiderez, ainsi à son développement tout en profitant de tous les matchs de l’AUDL !

 

 

 

Please reload

Featured Posts

A r(o)ugir de plaisir !

September 18, 2019

1/5
Please reload

Recent Posts

September 18, 2019

April 17, 2019

Please reload

Archive