On nous vole nos rêves !

Disclaimer : pour des raisons évidentes, l'auteur a tenu à garder son anonymat. Cet article fait suite à un long post publié cette nuit sur le groupe Facebook « Ultimate Frisbee France », signalé par un lecteur et effacé par l'administrateur qui a accepté de publier si le texte était moins agressif et plus factuel. Ces propos n'engagent donc que son auteur et pas la rédaction de focus, qui ne sont pas la caution de ses propos.




Présentation : joueur master, j'ai commencé l'Ultimate dans une école après le Lycée. Je faisais du volley à bon niveau, j'étais grand, je sautais haut et réagissais vite, on est venu me chercher. Après quelques matchs universitaires, j'ai eu mon diplôme et j'ai arrêté l'ultimate, n'ayant pas d'équipe autour de mes lieux de stage et pas les moyens de faire des tournois. Rapidement muté sur Paris, j'ai rejoint un club « moyen ».


Je fais partie du second wagon : suffisamment fort pour jouer contre les grosses équipes (Iznogood, UV, Friselis et le Sun) pas assez pour envisager de jouer avec eux sur toute une saison régulière avec l'énorme sacrifice d'argent et de temps de transport pour un temps de jeu qui serait, de toute façon, faible. En revanche, j'étais là, fidèle au poste et régulièrement contre eux ou les autres clubs français en tournois et j'ai même réussi à participer à la D2 de Tom's Tourney et à me faire inviter sur un windmill... Avec une équipe étrangère, n'ayant pas assez de réseaux pour jouer avec les clubs français malgré quelques prises de contact. Avec mes clubs on a tenté de s'y inscrire, mais la porte était toujours fermé, même remarque avec des vains pick-ups.


J'adore l'ultimate, j'en ai assuré la promotion pendant des années, sur des démonstrations, organisation de tournoi, et même quand j'ai quitté la région parisienne, j'ai gardé une licence dans un club pour dépanner et j'ai payé les 2 licences covid sans pour autant avoir de compétition.


Mais aujourd'hui, je ne comprends pas. Joueur master, je me suis efforcé de m'entretenir pour être en forme physique dans le but de passer les sélections open beach master France. N'ayant rien vu passé, j'ai posé la question d'un éventuel lien d'inscription pour un stage et j'ai découvert qu'il y avait bien un staff, un projet, des joueurs, mais que la fédération avait décidé de le rejeter et avait pour idée de ne pas envoyer d'équipe. Pire encore même situation en open et en women, qui sont censés être 2 des 3 divisions phares...

Quel est l’intérêt d'envoyer une équipe master women si on n'est pas présent en women ? Le classement mondial et la représentation internationale de la fédération prendraient une énorme claque ! J'ai donc cherché le motif des rejets, pour l'open et le women, il semblerait que la fédération ne veuille plus de coach joueur (pas de source l'affirmant de manière brute, on est que sur des suppositions amenées par des volontaires au sein de la fédé), pour les masters, j'ai eu comme réponse « la fédération à trouvé que notre staff manquait d'expérience, à ce niveau ». La fameuse expérience qu'on ne peut pas obtenir vu que l'accès aux tournoi internationaux est réservé à une petite élite, tout comme les places en équipe de France, habituellement.


Je n'en veux pas à la fédération de refuser un staff, mais je la juge responsable du fait qu'on ait plus d'équipes aujourd'hui dans ces 3 catégories importantes : de par ses organes de communications internes et externes, c'est à elle, et à elle seule de faire le nécessaire pour qu'on ait des équipes et si elle ne dit pas clairement ce qu'elle veut comme staff et ce qu'il manque pour compléter les appels à projets existant, elle ne peut pas avoir d'équipe ! On sait tous que c'est une année compliquée en retour de covid-19, qu'il y a des nombreuses incertitudes, et que le calendrier est très chargé pour les joueurs de l'élite, mais cette situation est ubuesque ! Qui a dit que les équipes de France devaient toujours performer et toujours avec les mêmes joueurs ? Comment voulez-vous former des joueurs d'élite et augmenter votre réservoir si la porte est verrouillée ou trop étroite ?

On rejette les seuls staffs qui se présentent alors qu'on a une médaille d'argent et une de bronze à défendre et que la fédération mondiale se bat pour être légitime auprès du CIO... Mais comment être crédible si les médaillés ne reviennent pas au mondial suivant ? Comment ose-t'on dire qu'on a l'ambition d'être sport olympique alors qu'on a même pas l'ambition de fournir une équipe dans les 3 catégories les plus importantes, qu'aurait fait la fédération sans le staff mixte ? Un mondial blanc sans communiquer à ce sujet ? Il manque un profil ? Lequel ? Pourquoi il n'y a aucune communication à ce sujet de la fédération alors que ça fait 3 fois qu'ils rejettent des projets !


Ce silence est malaisant et insupportable, on communique en se tapant le cul par terre en disant que la fédération est désormais « terre de jeux 2024 », qu'on fait partie de l'opération « sentez-vous sport », qu'on fait partie de l' « Association pour un Sport Sans Violence et pour le Fair-Play » et en parallèle, on interdit l'accès au tournoi de qualification mixte à Freev'Owl, pourtant légitimement inscrit, et on refuse les projets de gens qui s'investissent dans notre sport par manque d'expérience qu'ils ne peuvent pas obtenir !


Ça fait désormais prés de 2 ans que les licenciés n'ont pas vu notre président, même pas en vidéo pour présenter ses vœux ou nous expliquer pourquoi c'était important de payer notre licence pour faire vivre la fédération et aider au développement de notre sport... 2 ans pendant lesquels on a dû se débrouiller pour essayer de s'organiser sans consignes précises, dates de reprises ou compétitions potentielles à préparer. Au moment où la reprise se profile, on coupe les motivations et les projets sans communication, sans explications, ne sabotant ainsi non pas que l'énergie des staffs volontaire, mais aussi celle les joueurs qui se sont entretenus pendant cette période, c'est assez écoeurant en plus d'être contre-productif. Nous ne sommes plus que 3000 licenciés, quelle folie de vouloir se prendre pour ce qu'on est pas et placer notre niveau d’exigence si haut qu'on refuse les seuls volontaires que l'on ait ! Et j'insiste sur le mot volontaire, car rappelons nous que la fédération ne paye rien, elle n'est la que pour poser des conditions et critères sélectifs, mais n'offre pas de contrepartie financière, même pour le staff.


Alors oui, je ne fais peut-être pas parti du premier wagon de joueurs, ceux qui défendent régulièrement et fièrement nos couleurs, mais je suis dans le suivant, je suis de ceux qui vont aux stages de l'équipe de France, à qui on dit non poliment, et à qui on demande de travailler pour réessayer plus tard, je fais partie de l'opposition sportive nécessaire au développement et à la densification de notre championnat et qui permet à nos top joueurs d'avoir un peu d'opposition quand ils se préparent pour ensuite performer à l'international. Jouer en équipe de France, c'est le rêve de tous les sportifs qui font de la compétition, certains y arrivent, d'autres non, mais ça ne doit être ni une raison administrative, ni une vague stratégie politique qui doivent nous empêcher de rêver.

Cette année, les meilleurs ne voudront peut-être pas y aller, mais d'autre sont derrières eux prêts à faire le travail ! Los Angeles, c'est le lieu des JO 2028, nous sommes prêts à payer de notre poche tous les frais nécessaires pour aller au bout de notre rêve, et si on n'a pas le niveau pour y aller, c'est bien lors d'un stage qu'on doit perdre notre place, mais uniquement au profit d'un plus fort.


Quelqu'un qui nous empêche d'y aller sans nous battre sur le terrain nous vole notre rêve, des opportunités de jouer un mondial dans ces conditions, ça ne se représentera plus pour beaucoup d'entre-nous, encore plus quand le calendrier sera redevenu normal.

C'est injuste, et ce n'est pas le rôle de la fédération d'aller contre ses joueurs les plus fidèles, encore plus après une crise sanitaire qui nous a tous éprouvés.


Ps : Je sais bien qu'il y a une équipe de France Master Mixte, ça fait 8 places, le compte n'y est pas, et n'oubliez pas non plus qu'il reste 2 divisions majeures sans la France, dont le féminin (moi qui croyais naïvement que le développement était une priorité fédérale).

Featured Posts
Recent Posts